Close

La chute de cheveux

La chute de cheveux chez les hommes
Selon les études, plus de 40% des hommes entre 18 et 50 ans souffrent d’une calvitie de type moyen ou grave dont la présence et l’étendue progressent avec l’âge. Les cheveux sont importants pour les gens, surtout sur le plan social. La perte des cheveux est souvent ressentie comme la perte de sa propre identité, la diminution de l’attractivité et l’augmentation de la vulnérabilité. Les hommes tâchent de compenser ce handicap par d’autres attributs – la moustache, la barbe, les muscles, etc. Les cheveux naissent à partir des racines de cheveux dans la phase active, qui dure 4-7 ans, quand simultanément 85% environ des autres cheveux sont en phase de croissance. La perte journalière de 50-100 cheveux n’est pas synonyme d’anomalie. La vitesse de croissance moyenne des cheveux est d’environ 1,2 cm par mois. Les cheveux poussent le plus vite en été et le moins vite en automne et en hiver. Le ralentissement significatif de la croissance des cheveux se produit après l’âge de 70 ans. La testostérone joue un rôle très important sur les cheveux, mais elle influence également le comportement de l’homme, sa sexualité, son désir de pouvoir et son agressivité. Cette hormone, sous l’influence de l’enzyme (5-alfa-reductase) se converti en une forme très active de la dihydrotestostérone (DHT), qui endommage les racines des cheveux et raccourcie la phase de croissance active des poils sur le dessus du crâne. La production de cette hormone peut soutenir aussi une productivité excessive de sébum et son dépôt sur le cuir chevelu en cas de shampoings sporadiques ou insuffisants. Les eunuques (les hommes châtrés), même ayant eut des prédispositions héréditaires pour la calvitie, n’ont jamais été chauves. Les hormones masculines influencent favorablement la pousse des poils sur le corps (ce qui est attractif pour beaucoup de femmes), mais peuvent, d’un autre côté, jouer un rôle défavorable sur la coiffure. Une certaine consolation pour ceux qui sont injustement dégarnis vient de l’hypothèse selon laquelle l’évolution phylogénétique tendrait de l’homme primitif poilu à l’homme sans cheveux de futur. Les hormones féminines – les estrogènes – protègent contre la chute de cheveux, mais leur influence est moins signifiante.

Chez la plupart des hommes, et à certains stades de leur vie, les follicules pileux commencent à réagir à l’augmentation du niveau de DHT dans le corps. Pour certains, la chute des cheveux peut commencer dès l’âge de 16-23 ans. Pour les plus chanceux, les cheveux ne commenceront à tomber qu’à l’âge de 30-35 ans. Certains hommes n’enregistrent leurs premières chutes des cheveux qu’après l’âge de 50, voir même plus tard. La vitesse de chute des cheveux lors de l’alopécie androgène varie surtout selon la prédisposition génétique à la chute des cheveux et le niveau de DHT dans les follicules pileux.

Si un membre de votre famille perd ses cheveux, on peut supposer que de façon similaire et à une intensité plus au moins égale vos cheveux tomberont aussi. Ce membre de la famille peut être du côté paternel ou maternel. Il ne doit pas nécessairement s’agir d’une filiation directe, et peut impliquer par exemple le frère de votre grand-mère. La quantité d’hormone DHT produite dans le corps influence fortement la vitesse de la chute des cheveux. Si votre quantité de DHT arrive au seuil de la sensibilité de vos récepteurs androgènes, les cheveux commencent à tomber. Plus le corps produit de DHT, plus vite les cheveux s’affinent et tombent. Chez les hommes, les cheveux commencent à tomber tout d’abord sur les côtés de la tête, entrainant la formation de plaques. Les plaques s’agrandissent jusqu’au rétrécissement des cheveux au niveau de la frange. Cette phase peut être accompagnée par la chute des cheveux à l’arrière de la tête, dans la zone du vertex. Avec le temps, les zones de chutes s’agrandissent. Les cheveux qui couvrent les côtés et la partie arrière de la tête (forme typique du fer à cheval) sont généralement résistants aux effets de la DHT pendant toute la vie de l’homme. C’est pour cela que la majorité des hommes ne perdent pas leurs cheveux à ces endroits.

La chute de cheveux chez les femmes
Les follicules pileux des femmes sont très sensibles aux changements des niveaux hormonaux dans le corps. La chute des cheveux peut même être causée par un changement subit du niveau hormonal. D’importantes mutations hormonales se produisent chez la femme lors de la grossesse et de l’accouchement, étapes après lesquelles le corps doit se ressaisir pour progressivement retrouver l’équilibre hormonal perdu. La chute des cheveux est souvent liée à l’usage de contraceptifs, notamment en début et en fin de prise, ou en cas de mauvaise utilisation. La chute des cheveux peut aussi être déclenchée par la ménopause, quand l’activité ovarienne commence à décliner. Chez les femmes, de même que chez les hommes, la vitesse de la chute des cheveux lors de l’alopécie androgène est surtout liée à la prédisposition génétique et au niveau de DHT dans les follicules pileux. Vos parents ainsi que vos aïeux vous donneront la meilleure idée possible de ce qui vous attend en cas de chutes de cheveux. La forme et l’intensité des chutes de cheveux sont en grande mesure héréditaires, tant du côté maternel que du côté paternel. Si les cheveux de la cousine de votre grand-mère tombent, vous risquez, en grande mesure, de la copier.

La vitesse de la chute des cheveux s’intensifie en fonction de la quantité de DHT produite par le corps féminin. L’accélération de la chute des cheveux peut aussi provenir d’un faible niveau d’enzyme aromatase dans le corps. L’aromatase est l’enzyme responsable de la production de l’estradiol, hormone sexuelle qui empêche la production de DHT. Chez les femmes, cela entraine habituellement une réduction globale du volume capillaire sur le haut du crane. Les cheveux s’affinent progressivement puis tombent, jusqu’à laisser transparaître le cuir chevelu. Sur les côtés et en arrière de la tête, les cheveux ne tombent pas et conservent leur volume, leur épaisseur et leur qualité. Un deuxième type de perte de cheveux chez les femmes commence par la formation d’une raie sans cheveux sur le milieu de la tête. Celle-ci s’étend du front jusqu'à la région du vertex en passant par le milieu de la tête. Au début, cette raie est étroite et il est difficile de la démasquer. Mais progressivement, elle s’élargie sur les côtés et fini par créer une vaste zone sans cheveux. Il est rare, chez la femme, d’observer des chutes de cheveux commençant au niveau de la frange pour continuer jusqu’au sommet de la tête.